Fessebouc

Non, je n’étais pas familier de facebook et quelques préventions m’empêchaient de m’y rendre, de surfer sur le site, de regarder si certaines de mes connaissances s’y trouvaient, bref de m’y intéresser. Je crois d’ailleurs que les quelques notifications que je recevais de temps à autres, épisodiquement, au fil du temps, m’agaçaient davantage qu’elles ne me donnaient envie de faire connaissance. Que me voulaient ces gens qui me demandaient ma date d’anniversaire ou qui cherchaient à me joindre alors que je ne les connaissais pas ? J’avais répondu « accepter » aux quelques noms familiers et j’en restai là jusqu’à ce que je m’inscrive en master…

Au début, rien de particulier n’advint. Je remarquai simplement un flux légèrement plus soutenu de notifications jusqu’à une accélération spectaculaire qui survint subitement aux alentours du mois de novembre. En une semaine j’étais envahi de demandes, de suggestions, de propositions émanant de mes chères camarades de master. Je dis chères, car les garçons n’étaient pas encore au complet à ce moment et c’est donc ces dames qui s’agitaient sur les réseaux sociaux ! Je finis pas leur dire que ça ne pouvait pas durer que j’allais mettre tout ce monde en indésirable et en rester là ; bref je fis le prof !

C’était sans compter sur la bonne humeur de l’équipe… En quelques mots d’explication, mes chères camarades me dessillèrent les paupières : je n’avais qu’à rentrer dans le système et ôter les envois de notification. Pour être honnête, je ne cherchai pas longtemps, comptant sur l’efficacité de la petite équipe. Ce fut Ada qui de son ordinateur et en deux tours de clics me soulagea de cette rivière de bonnes nouvelles !

J’en fus réjoui instantanément, à un point tel d’ailleurs que j’oubliai complètement l’existence de l’engin.

Il se rappela à mon bon souvenir par une conférence de Virginie Berger. En une soirée brumeuse et pluvieuse d’un mercredi de décembre, je compris que l’avenir — le mien ? le vôtre ? le nôtre ? — ou plus certainement notre avenir professionnel se jouait sur youtube, twitter, facebook… Las, les vacances me délivraient momentanément de toutes ces corvées.

C’est en février que sur un coup de tête que je ne m’explique pas j’entrais subitement en communication avec l’engin. Je décidais de me mesurer à lui pour voir ce qu’il avait dans le ventre.
Timidement, je me lançais dans les demandes d’amitié. En quelques jours, je réunissais une brochette de musiciens autour de ma boîte. Comment aussi vite ? Aussi facilement ? Aussi simplement ? J’étais subjugué par l’amitié que Placido Domingo voulait bien m’accorder et je ne voyais guère du reste ce qu’il faisait là au milieu de grands absents et de présences singulières…

Je m’interrogeais d’ailleurs — et je n’ai pas obtenu de réponse à ce jour : pourquoi une star de cette envergure répond à d’obscures inconnus pour faire le buzzzzz en 10 jours, obtenant

5 000 amitiés, bloquant ainsi le système à son maximum ? Usurpation d’identité ? Secrétariat zélé ? Un de ses enfants expliquant à papa à quoi ressemble sa popularité ?

Je n’ai pas eu d’explication à ce jour. Je me suis d’ailleurs très vite à mon tour lassé du jeu : après être grimpé à 350 « amitiés », je me suis interrogé sur le rapport qualité-temps que je pouvais trouver à la chose. Et… récemment, sur le moyen de contourner ce qui ressemble à une impossibilité du système : comment inviter en même temps tous mes contacts à un évènement ?

Je ne me vois pas cocher un à un les 370 contacts et rien apparemment n’offre cette possibilité.

Je ne suis pas le seul à désirer cette option : une interrogation sur google montre la possibilité d’entrer des adresses url… toutes plus inopérantes les unes que les autres :

http://www.commentcamarche.net/forum/affich-16108135-facebook-inviter-tous-ses-amis-en-meme-temps

L’absence de cette option n’est sans doute pas un hasard : facebook veut sans doute épargner aux participants d’être noyés quotidiennement sous le flot d’évènements qui ne manqueraient pas de se multiplier.

Et vous, avez-vous une solution ?

Publicités

Une réflexion sur “Fessebouc

  1. Je me suis posé également la question, et j’en suis venue à la conclusion que c’est mieux ainsi ! Sinon nous aurions tous un tas d’invitations à des choses inutiles. Quand j’invite des personnes je fais donc un tri.
    Qui pourrait être intéressé par cet événement ? Qui peut soutenir ma musique ? Qui ne connait pas ? Qui n’est jamais venu ?
    Et je vois finalement les invitations grimpées sans en être responsable, les amis clique et reclique invitant leurs amis.
    J’invite les artistes présents qui le poste alors sur leur page et vais poster l’événement sur le mur de mes amis (sans polluer le mur d’autres artistes attention) ! Je pense que la solution c’est d’aller faire du « porte à porte » de creer ton réseaux de « fans » en inscrivant un mot amicale sur le mur de la personne, ou par messages privés. Il est important que l’information ne soit pas banale et juste envoyé car tu as cliqués sur « inviter tout le monde » mais bien personnalisée. De cette façon tu assures ton public.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s