Mais pourquoi un bossu avec des bijoux ?

Cette année au MIDEM, un thème était au centre des discussions : associer un musicien à une marque est devenu courant et génère de nouveaux revenus aux artistes et à l’industrie musicale. J’aimerais ici revenir sur ce lien fort entre la musique, les artistes, les entreprises et la pub.

Les publicitaires ont l’habitude d’associer une musique à leurs entreprises, marquant ainsi la mémoire et l’affect du consommateur. Ainsi Apple nous a fait fredonner le thème de Gonzales Never Stop tandis que Peugeot associe Bob Dylan (reprise du groupe Neimo), à une 208, pour nous émouvoir avec facilité. Mais l’image d’un artiste s’associe t’elle aussi bien à une marque que sa musique ? Je vois mal la trogne de Gonzales promouvoir Apple et encore moins Bob au volant d’une Peugeot. Petit tour d’horizon des échecs flagrants de cette nouvelle solution pour trouver des sous à nos artistes qui ont vus leur niveau de vie bien diminuer.

Nous l’avons vu avec Rafaël Afflalo et son entreprise My Love Affair, que des questions devaient se poser avant de lier un artiste avec une marque : le site de BY MUSIC nous fait un petit rappel des dix règles essentielles : Une de ces règles me paraît incontournable « Les artistes susceptibles d’incarner la marque, tu identifieras » Et vice versa. En s’associant, les marques et les artistes profitent de leur notoriété respective afin de pouvoir grandir et profiter mutuellement de l’image de l’autre.

Alors pourquoi ?

Mais Garou… c’est avant tout en France l’image d’un artiste populaire, d’un Quasimodo des temps modernes, d’un pote à Céline et d’un jury d’un télé crochet (choisissez Dave la prochaine fois!). Ici, en costume blanc il devient le gendre idéal. La marque veut-elle obtenir une image plus populaire ? Avec des poils et de la virilité ? A mon avis cela ne colle pas car la règle n’a pas été respectée.

Dans (exactement) le même style on a eu celle là le mois dernier : 

Et voila notre rockeur en agneau. Il explique dans une conférence sa relation avec la publicité (6:20), pour lui « On s’en fou de faire une pub cela ne vas pas me dé-crédibiliser de mon côté Rock’n’roll…on s’en fou ! » … Vraiment ?  Quant à l’entreprise Cerruti elle justifie ce choix du fils de Françoise en déclarant que « son sens inné du style correspond en tous points à l’élégance masculine signée Cerruti. « . En même temps, ils lui ont juste refilé le polo de Marc Lavoine car celui ci était un peu plus ringard.

La marque de fabrique d’un artiste, c’est son identité musicale. Celle-ci se colle à lui, à ses bijoux, à son parfum. Trouver la marque ou l’entreprise auquel il doit s’associer n’est pas une évidence et il ne doit pas signer au plus offrant ou à celui qui donnera une plus grande visibilité, mais bien à celui qui mettras son image, et avec cela sa musique et son art, en avant.

A mon avis, la solution vraiment efficace, c’est le second degré : cela accentue les clichés sur l’artiste et apporte, avec l’humour, une réelle popularité. Moins risqué et peut rapporter gros. Deux (vieux) bons exemples avec Bowie & Iggy :

Advertisements

2 réflexions sur “Mais pourquoi un bossu avec des bijoux ?

  1. Une autre piste existe : représenter une marque qui fait partie intégrante du business de la musique.
    Ex : Bob Sinclar et les casques Sennheiser, Carla Bruni et Beth Ditto pour les casques Zik de Parrot…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s