Assisté, mais qui aurait besoin d’être assisté pour composer de la musique???

Connaissez-vous la MAO ou la Musique Assistée par Ordinateur ? Ce concept se rapporte en fait à toutes les créations sonores et musicales qui ont recours à l’informatique. Parlons de l’informatique justement : nous avons vu, dans tous les articles précédemment publiés sur ce blog, que la naissance d’internet et de l’informatique en règle générale a non seulement modifié la « consommation » de musique mais aussi le lien qui existait entre cette dernière et son public. Mais cette révolution ne s’arrête pas là… La naissance de l’ordinateur et de l’outil informatique en règle générale a aussi modifié la composition de la musique en son cœur.

moog_55

C’est à partir des années 1950 que commence cette « révolution » avec une musique électronique conçue à partir de générateur de signaux et de sons synthétiques. Avant de pouvoir être utilisés en temps réel, on enregistrait cette musique sur bande magnétique ce qui permettait aux compositeurs de manier les sons en coupant et recollant ces bandes. Au cours des années, la présence de l’informatique a pris de plus en plus de place dans tous les paramètres inhérents à la musique, à savoir la composition, l’interprétation et la diffusion. En voici quelques exemples :                                                                                   –  La naissance des instruments électroniques qui permet l’élaboration de nouveaux sons. Nous en avons des exemples avec les synthétiseurs comme le Rhodes crée en 1940 mais aussi les Moog. L’objectif étant d’imiter tous les instruments existant dans une machine aussi miniaturisée que possible. De ces créations naîtront non seulement de nouveaux instruments mais aussi de nouveaux styles de musique avec la naissance des DJ par exemple avec les machines créées par Roland.

–          La transformation du support de stockage de la musique. Après le vinyle, la cassette et le CD, le stockage du son est dématérialisé et peut ainsi être facilement dupliqué et stocké dans de tout petit support comme les baladeur MP3.

–          La création musicale a elle aussi été touchée avec notamment la composition d’œuvres assistée par ordinateur : on créée de nouveaux logiciels musicaux capables d’interagir en temps réel avec les interprètes (voir Max Miller et l’IRCAM). L’interprétation est ainsi visée : à l’IRCAM on travaille sur des logiciels capables de réaliser l’accompagnement d’un soliste. Le flûtiste pourra ainsi jouer en s’accompagnant de l’ordinateur qui sera capable de s’adapter à son tempo.

–          On créée aussi des logiciels qui permettent de noter la musique. Plus simple que la partition qui ne permet pas de faire des corrections facilement, des logiciels comme Finale permettent aujourd’hui d’écrire nos compositions et de les entendre au format MIDI sans avoir besoin de mobiliser des musiciens.

–          Pour finir, tout ce qui relève du travail du son en studio est aussi un effet de cette   « révolution informatique » dans le domaine de la musique.

Avec la naissance de l’informatique, la musique en elle-même a été modifiée. De plus, l’accès à l’informatique par tout à chacun permet maintenant à chaque personne équipée d’un ordinateur de s’essayer à la MAO.

Alors pour tous les compositeurs qui lisent cet article, à vos crayons euh… ordinateurs !!!

 

Publicités

2 réflexions sur “Assisté, mais qui aurait besoin d’être assisté pour composer de la musique???

  1. M.I.A.M dit :

    Le numérique est un outil de plus mis à la disposition des compositeurs. La révolution numérique a permis l’émergence de nouvelles possibilités. Tant que les ordinateurs ne composent pas à notre place, cela ne me pose aucun problème. Il ne faut pas que l’intelligence artificielle se substitue à l’intelligence humaine.Aujourd’hui, il est parfaitement possible de composer sur son piano, de relier celui-ci via une carte son à un ordinateur et d’utiliser la banque de sons présente sur un logiciel de MAO (Protools, Cubase, Reason). Nous ne sommes pas encore passés dans un environnement du tout-numérique. Il est possible de relier des instruments organiques, analogiques ou numériques à des interfaces numériques . Dans ce cas précis, la MAO peut être considérée comme un outil supplémentaire et non comme une atteinte à l’art instrumental.

    Tout dépend encore une fois de l’utilisation qu’on fait de ces logiciels. Si l’on compose seulement avec une souris sur un éditeur musical, sans s’appuyer sur un clavier maitre, ou sur quelconque instruments tierces, cela signifie que l’on peut faire de la musique sans être musicien. Aujourd’hui c’est parfaitement possible et cela pose un certain nombre de questions. Beaucoup de DJ’s ne s’appuient que sur des plugins, sur des boucles préenregistrées ou sur du sampling. Il est possible de composer un tube sans talent ni formation musicale…

    • Je suis tout à fait d’accord sur le point que l’on peut composer un tube sans formation musicale, mais il faut tout de même du talent, ou un minimum de réussite. Malgré tout, ces outils de MAO permettent de créer des œuvres à partir de rien, ce qui ouvre la porte de la création à de nombreux musiciens en herbe. Cela va forcément créer de nouvelles vocations 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s