L’engagement des politiques publiques pour la diversité culturelle, le rôle de l’Etat et les missions du Ministère de la Culture

La diversité culturelle est un enjeu majeur du XXIème siècle. La mondialisation et les flux migratoires entrainent une diversification de la population au sein d’un même pays et à travers le monde ainsi que la cohabitation de différentes cultures. La prise en compte de la diversité culturelle est indispensable pour se connaitre les uns les autres, pour vivre ensemble et enrichir l’être humain des différences d’autrui.

« La diversité, c’est avant tout les multiples appartenances qui caractérisent les musiciens actuels. »[1] Ray Lema, compositeur et musicien congolais.

Les institutions publiques ont entreprit diverses stratégies politiques afin de représenter au mieux la pluralité des pratiques musicales sur leur territoire et placées cette problématique au centre de leurs politiques culturelles.

Le Ministère de la Culture et de la Communication est très présent pour le soutien de la diversité culturelle et s’accompagne de nombreux acteurs.

Le Ministère de la Culture a comme missions principales de « rendre accessible les œuvres capitales de l’humanité au plus grand nombre et de conduire une politique de sauvegarde, de protection et de mise en valeur du patrimoine culturel dans toutes ses composantes ».[2] Le patrimoine culturel a donc une place centrale dans la politique du Ministère. En le préservant, le Ministère s’assure de sa richesse, sa diversité et son accessibilité auprès des français.

L’une des missions du Ministère de la Culture est donc de promouvoir le patrimoine culturel « dans toutes ses composantes » et donc sa diversité. En effet, dans le projet de loi de finance de 2007, une partie du budget de la culture est destinée à l’action internationale qui englobe la diffusion de la culture française et la promotion de la diversité culturelle. Ce budget regroupait 18,5 millions d’euros, en 2007, partagés principalement entre Culture France et la Maison des Cultures du Monde.[3] Il est relativement faible, comparé aux autres champs d’intervention de l’Etat dans la Culture comme les soutien aux établissements spécialisés qui bénéficient d’un budget de 34,33 millions d’euros en crédit de paiement, les actions en faveur des publics qui ont 36,7 millions d’euros, ou encore l’aménagement du territoire qui dispose d’un budget de 26 millions d’euros. Néanmoins, des mesures très importantes ont pu être menées grâce à ce budget à l’instar de l’adoption de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité culturelle de l’UNESCO.

Plusieurs pôles du Ministère de la Culture participent à la promotion de la diversité culturelle. Le secrétariat général y a une place prépondérante, par l’intermédiaire du département des affaires européennes et internationales – anciennement appelée « Département des Affaires Internationales », avant la RGPP[4]. Ce département vise à promouvoir le pluralisme culturel et développer la coopération culturelle internationale qui passe notamment par la promotion de l’accueil de cultures étrangères en France. Ce travail se fait en collaboration avec le Ministère des Affaires Etrangères.

« Concernant la promotion de l’accueil des cultures étrangères, le DAI (Département des Affaires Internationales) soutient financièrement de nombreux projets émanant d’institutions culturelles : lieux de création, de diffusion, de formation, festivals, qui concourent à la promotion des différentes formes d’expression des patrimoines artistiques, culturels et des arts vivants. »[5]

En 2004, la DAI avait un budget de 7 millions d’euros dont 1,3 millions étaient réservés à l’accueil des artistes et des professionnels de culture étrangère en France.

La direction de la création artistique est chargée de soutenir la création et de faciliter la rencontre de toutes les disciplines artistiques. La promotion de la diversité aussi bien des arts que des cultures est donc au cœur de la politique de cette direction. Elle accompagne également les associations engagées dans la diffusion du spectacle vivant. En partenariat avec le Ministère des Affaires Etrangères, elle veille à la mise en réseau des professionnels français et étrangers et favorise des actions de co-production entre des structures françaises et étrangères. Ces actions sont mises en œuvre par divers opérateurs dont Culture France, l’ONDA ou la Maison des Cultures du Monde.

Le budget de cette direction réservé au soutien à la création, la production et la diffusion de spectacles vivants était de 608 746 117 € en crédit de paiement en 2006. Il représente 63,82% des autorisations d’engagements demandées en 2006 par cette direction.[6] Le spectacle vivant a donc une place prépondérante au sein de cette direction. En outre, la première des 3 orientations stratégiques du rôle de l’Etat dans le domaine de la création est d’assurer la diversité et le renouvellement de la création.

L’Etat intervient également par l’intermédiaire d’organismes nationaux spécialisés tel que l’Observatoire des Politiques Culturels. Ce dernier organise par exemple une formation pour les professionnels étrangers intitulée « Courant du Monde » afin de débattre des enjeux des politiques publiques dans le domaine de la culture en France et dans le monde avec divers intervenants pour « apprendre de la diversité des approches et des cultures ».[7] Cette formation est proposée par le Ministère de la Culture et le Ministère des affaires étrangères et soutenue par la Maison des Cultures du Monde.

L’Etat a donc un rôle central pour la promotion de la diversité culturelle et la mise en valeur du patrimoine culturel. Pour appliquer les politiques relatives à ces sujets, il s’entoure de différentes organisations qu’il finance afin qu’elles mènent à bien leurs missions.


[1] IRMA, « Les Etats Généraux des Musiques du Monde », http://www.irma.asso.fr/IMG/pdf/actes-egmm-bd-1.pdf, 11 et 12 septembre 2009.

[2] Ministère de la Culture et de la communication, « Le Ministère », http://www.culturecommunication.gouv.fr/Ministere/Le-ministere, consulté le 4 février 2013.

 

[3] SENA, « Projet de loi de finances pour 2007 : Culture », http://www.senat.fr/rap/a06-079-3/a06-079-336.html, consulté le 5 décembre 2012.

[4] RGPP : Révision générale des politiques publiques

[5] Commission Européenne, « Monographie-France », http://ec.europa.eu/avpolicy/docs/library/studies/finalised/5770_barbier/58_02_fr.pdf, consulté le 26 novembre 2012.

[6] Ministère de l’Economie et des Finances, « Programme 131 : création », http://www.finances.gouv.fr/lolf/downloads/501_pap_creation.pdf, 2006.

[7] Observatoire des politiques culturelles, « Courants du monde, la diversité culturelle à l’OPC », http://www.observatoire-culture.net/rep-edito/ido-129/courants_du_monde_la_diversite_culturelle_a_l_opc.html, consulté le 4 février 2013.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s