Parlons musique. Mais musique d’illustration.

Qui peut encore revendiquer le fait qu’il n’écoute pas de musique ?

Cherchez bien parmi vos amis, parents, connaissances, voisins étranges, et vous trouverez certainement une personne qui vous dira (avec un ton revendicateur, peut-être, il faut bien militer) que la musique, ça ne l’intéresse pas.

Parce que c’est trop commercial, parce que c’est mauvais, parce que c’est trop cher, peu importe. L’idée est là, et bien ancrée dans l’esprit de certains. Ils n’écoutent pas de musique.

Admettons. Ils n’achètent pas de produits musicaux, ne vont voir aucun concert, n’écoutent même pas de musique gratuitement en ligne. Mais il y a un aspect qu’il oublient. Un aspect dont aucun d’entre nous ne peut se défaire. Parce que la musique, que nous le voulions ou non, fait partie de nos vies. Au sens propre du terme.

Elle est présente partout : à la télévision, à la radio, dans les publicités, au cinéma, lorsque l’on attend sagement son train sur le quai de la gare, lorsque l’on passe un appel téléphonique et que l’on est (brutalement ou non) mis en attente…

Cette musique en question, on n’a pas forcément choisi de l’écouter, ni même de l’entendre. Mais elle est là, elle existe. Et avec elle, c’est tout un aspect du secteur musical, peu connu, qui existe.

Chers lecteurs, ensemble, explorons ce qu’est la musique d’illustration.

Sous ce terme technique, existe un paramètre majeur qui va nous permettre de la différencier rapidement la musique dite de commerce : la musique d’illustration n’est pas un produit en soi, elle vient compléter un autre produit. (BO de film, musique de publicité, enfin, vous aurez compris.)

Vous savez maintenant ce qu’est la musique d’illustration. Mais nous n’avons pas encore parcouru un dixième du chemin. Pour comprendre de quel type de création il s’agit vraiment, de quel type de marché régule sa commercialisation, et quel cadre juridique l’entoure, nous allons devoir creuser plus en profondeur. Nous nous interrogerons aussi sur un des points qui fâche les compositeurs de ce type de musique : quel légitimité artistique peut-on lui donner ?

Pour que cela soit plus agréable et plus simple, nous ferons de manière régulière des parallèles avec le marché du disque.

Parce qu’entre musique du commerce et musique d’illustration, il y a certes de grandes différences, mais il y a aussi de nombreuses particularités. Et bien sûr, nous ne laisserons pas de côté l’aspect numérique de son exploitation, qui est en train de changer profondément ses pratiques.

Affaire à suivre, donc. Dans de très prochains articles.

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s