Musique et Numérique : Rendez-vous le 20 juin à Numa

Pratiques musicales innovantes, applications téléphoniques, nouveaux modes d’écoute, de diffusion et de traitement du son… : le numérique modifie en profondeur l’économie et les usages de la musique. Je vous propose de découvrir un projet qui se lance pour faire le lien entre le monde du numérique et le monde de la musique.

« Soundslabs, les incubateurs en musique »  est un projet imaginé pour organiser une veille sur les innovations à l’œuvre, et faire découvrir lors d’événements réguliers une sélection de projets émergents en développement au sein des incubateurs franciliens.incubateurenmusique

Il s’adresse à tous les professionnels de la musique, innovateurs, chercheurs, artistes, labels, distributeurs, éditeurs, entreprises de médias et toutes les personnes intéressées par les mutations à venir de la création musicale, de sa pratique et de ses usages.

Le projet s’appuie sur un réseau d’incubateurs franciliens associés (Paris Mix / Le Camping / Cap Digital / Paris Incubateurs / Agoranov / Creatis de la Gaîté Lyrique / L’incubateur du 104 / Ircam / GRM / Neuilly Lab / Issy Media / Les 26 Couleurs…).

Si vous êtes porteur d’un projet incubé ou récemment incubé ? Si votre projet témoigne d’un  usage innovant pour le secteur musical, nous vous invitons à le valoriser en le présentant aux « Incubateurs en Musique » qui aura lieu dans le cadre du festival Futur en Seine à NUMA, à Paris, le 20 juin 2014, veille de la fête de la musique. l’événement aura lieu en 2 temps à partir de 14h30 : une série de présentations de 8 minutes des projets sélectionnés et une soirée de démonstrations et performances.  

>> DÉPOSEZ VOTRE PROJET, DATE LIMITE 12 MAI ! ACCÉDER AU FORMULAIRE

QUELS SONT LES PROJETS ATTENDUS ?

Des projets innovants pour le secteur musical ou qui utilise la musique. Les projets proposés devront être présentés sous forme de scénarios d’usage en 8 minutes c’est-à-dire en mettant en avant l’utilisation vue sous l’angle de l’utilisateur. Nous porterons une attention particulière aux propositions ayant une forme démonstrative ou performative.

TROIS CHAMPS POURRONT ÊTRE EXPLORÉS

  • Les innovations qui changent la pratique musicale
  • Les nouveaux modes d’écoute et de diffusion de la musique
  • Les services innovants associés à la musique

QUE RETIRER DE VOTRE CANDIDATURE ?

Vous rendre visible et faciliter de bonnes mises en relations car cet événement s’adresse à tous les professionnels de la musique, innovateurs, chercheurs, artistes, labels, distributeurs, éditeurs, entreprises de médias et tous les curieux pour ensemble comprendre et anticiper les mutations à venir.  Confrontez vous à votre public, tirez-en des retours pour faire avancer votre innovation et développez votre réseau.

Améliorer votre communication orale, visuelle, écrite et dans le cadre des séances de coaching, vous pourrez rencontrer d’autres porteurs de projets susceptibles de développer des interactions avec votre projet.

Nous sommes à votre disposition pour tous renseignements complémentaires.
Contact : Philippe Nikolov,
pnikolov {} art-trotter.com,
Tel : 0660983043

Les « Incubateurs en Musique » sont un nouvel événement dédié à la rencontre de l’innovation et des professionnels du secteur de la musique. Proposé par Philippe Nikolov, Art Trotter, coproduit avec l’association Musiques & Cultures Digitales, qui publie le Magazine des Cultures Digitales <MCD>  trimestriel et thématique et produit des ateliers animés par des artistes numériques et Art2M, Art to Machine, start-up créative, spécialisée dans la production et la diffusion d’œuvres d’art numérique exclusives ou sur-mesure et d’objets connectés. L’événement est rendu possible en coproduction avec NUMA dans le cadre de Futur en Seine, en partenariat avec CAP DIGITAL et ADMUSES, l’association des étudiants et diplômés du Master Professionnel Administration et Gestion de la Musique de l’Université Paris-Sorbonne.

Logosincubateurenmusique
Publicités

Les stars du Midemlab 2014 !

Pour ceux qui n’ont pas suivi le résultat du Midemlab, ne paniquez pas, voici un article pour vous mettre à jour de l’actualité.

midem_01

En février dernier s’est tenu à Cannes le grand festival dédié à l’industrie musicale : le MIDEM (Marché International du Disque et de l’Édition Musicale). Pendant 4 jours, des professionnels de la musique se sont rencontrés pour parler des tendances, des nouveautés et des avancées technologiques autour de conférence, de débats et de concerts Live. Mais l’événement tant attendu de tous n’est autre que le Midemlab : un concours international mettant en compétition des startups porteuses d’innovation.

Orientées autour de 3 catégories, une trentaine de startups ont défilé, exposant leurs idées créatrices avec pour seul but de séduire un jury composé de professionnels internationaux de l’industrie musicale. Nous avons ainsi pu entendre des projets tels que Indiloop qui est une plateforme permettant de se prêter au rôle du DJ et de partager ses mixages sur les réseaux sociaux ou au sein de la communauté Indiloop. En matière de  streaming, Moodsnap vous fera découvrir de nouveaux artistes via son concept visuel (cliquer sur une image à l’instinct amenant à une musique associée). Et pour plus de divertissement, Lalilala adapte Draw something en chanson (deviner la chanson chantée) grâce à une application disponible sur smartphone.

MIDEM 2014 - CONFERENCES - MIDEM LAB START UP COMPETITION - MUSIC DISCOVERY, RECOMMANDATION AND CREATION - INNOVATION FACTORY

NAGUAL SOUNDS, STARLIZE, WEEZIC et CUBIC.FM LAURÉATES

Malgré tous ces projets plus intéressants les uns que les autres, 4 startups ont été lauréates du Midemlab :

Dans la catégorie « Découverte musicale, recommandation et création » : 
NAGUAL SOUNDS : logiciel permettant la transformation de mouvements en données musicales via une caméra 3D.

Dans la catégorie « Marketing et engagements audiences » : 
STARLIZE : application iOS pour la création de « clips maisons » et leurs partages sur les réseaux sociaux

 

Dans la catégorie « Vente directe au consommateur et monétisation de contenu »
WEEZIC : aide à l’apprentissage musical notamment via le principe de partition augmentée.

 

Coup de cœur Vivendi
CUBIC.FM : radio crowdsourcée disponible sur Deezer et Spotify. C’est une radio qui crée des playlists en fonction de notre humeur et de nos activités.

cubic

UN TREMPLIN POUR ENTRER DANS L’INDUSTRIE DE L’ENTERTAINMENT

Outre le prix décerné aux lauréats du Midemlab, les finalistes ont bénéficié de conseils de la part de décideurs expérimentés. Ils ont également eu l’opportunité de rencontrer des partenaires commerciaux ainsi que des investisseurs potentiels. Ils sont accompagnés et conseillés par des mentors mondialement reconnus.

En octobre prochain, les sélections pour participer au Midem de 2015 au Palais des Festivals à Cannes s’ouvriront.

Porteur d’innovation ? Tentez votre chance

La nouvelle star du métro

Mais quelle est cette musique que l’on entend entre deux lignes de métro ? Qui sont ces musiciens arborant les couloirs et les sous-sols de Paris ? Vous les avez sûrement déjà entendus, ce sont les musiciens du métro RATP.

Depuis la première initiative de la RATP à animer ces nombreux couloirs parisiens en 1977, l’idée s’est accrue donnant naissance à l’Espace Métro Accords. Antoine Naso, un ancien commercial de la RATP qui a été promu à la tête du département de communication, a eu l’idée de fonder le E.M.A. Le principe était de rendre plus confortable la prise des transports pour les nombreux usagers via des animations musicales mises en place par des artistes à fort talent.Capture d’écran 2014-04-16 à 15.18.19

La sélection se fait via des auditions biannuel : en février-avril pour jouer en automne et en septembre-octobre pour la période printanière. Cette effervescence pour animer les transports en commun s’est rapidement développée allant jusqu’à 10 000 candidatures, 4 000 auditions et 350 accréditations allouées chaque année. Actuellement, les musiciens que nous retrouverons à la rentrée de septembre sont auditionnés dans les studios de l’E.M.A.

Capture d’écran 2014-04-16 à 15.16.42Malgré le scepticisme que nous pouvons avoir au regard des musiciens jouant dans le métro, la qualité est pourtant bien présente. Nous pouvons prendre l’exemple du concert classique réalisé en mai 2013 en partenariat avec Radio classique avec des artistes de renom tels que Le Quatuor Modigliani ou Emmanuel Strosser. D’autres se sont fait remarquer par un label tel que Khezia Jones ou ont cultivé cette expérience enrichissante pour en faire un tremplin (exemple : Zaz).

« Il y a de plus en plus d’auteurs compositeurs qui viennent interpréter leurs propres créations » précise Antoine Naso directeur de l’EMA.


Capture d’écran 2014-04-16 à 15.10.31Keziah Jones lors d’un concert métro Olympiades

Avec un rajeunissement des candidats, on voit que les musiciens ne voient plus le métro comme un appel à la charité mais comme une scène ouverte permettant la diffusion de leur musique. « Avant, on accréditait surtout des artistes qui avaient une bonne quarantaine d’années et une très bonne expérience de la musique. Aujourd’hui, on a des artistes de 18-20 ans qui donnent l’impression d’avoir également roulé leur bosse. La tranche d’âge moyenne est de 25-30 ans. ».

Alors enlevez vos casques et écouteurs et n’hésitez pas à vous arrêter deux minutes pour écouter ces artistes de talents.

L’Opéra pour tous!

Tout au long de l’année, entre deux journées de travail, l’actif normal avait pour habitudes de rentrer chez soi pour diner et se reposer tranquillement devant la télé. Un opéra ? Pour un parisien, on pense directement à l’Opéra Garnier ou à l’Opéra Bastille. On pense à ses prix, à sa tenue… bref, on pense à ça :

Image

Et si on vous disait qu’il était possible de voir un Opéra sous d’autres formes ?

Outre les nombreux enregistrements diffusés à la télé ou vendus en DVD, il est possible de visionner un Opéra en direct au cinéma. En effet, ce fut le pari que c’étaient lancés les cinémas Gaumont Pathé sous le nom de Pathé live avec la collaboration du Metropolitan Opéra de New-York. Le public étant au rendez-vous, les cinémas UGC ont rapidement suivi en créant Viva l’Opéra ! et qui, aujourd’hui, affiche des séances complètes et une programmation qui ne cesse de se développer. On a pu voir Tosa de Puccini ou le Prince Igor de Borodine dans les cinémas Gaumont Pathé et prochainement le Metropolitan Opera se produira le 26 avril avec au programme Cosi Fan Tutte de Mozart et le 10 mai pour La Cenerentola de Rossini.

Vu la rapidité des réservations, il est conseillé de s’y prendre bien à l’avance.

En attendant le teaser de la saison 2014-2015, voici ci-dessous celui de cette année : 

En version live, nous retrouvons Opéra en plein air.

Des musiciens de talents, des metteurs en scène impliqués, un paysage patrimonial riche et une pièce importante du domaine lyrique sont les ingrédients qui ont permis de construire cette 14ème édition d’Opéra en Plein Air.

Ce n’est autre que « l’Opéra des Opéras » (dixit Wagner) qui a été choisi pour représenter cette saison : Don Giovanni de Mozart avec Patrick Poivre d’Arvor et Manon Savary à la direction artistique.

Image

Le concept ? C’est une production de grande ampleur s’effectuant dans les plus beaux sites d’Île–de-France (tels que le Château de Fontainebleau, le Château de Vincennes ou l’Hôtel National des Invalides) avec pour vocation d’être un opéra accessible à tous. Les journées sont ainsi ponctuées par des rencontres pédagogiques, des conférences informelles à la fin des concerts et surtout des prix abordables allant de 42 à 89 euros.
Le problème? C’est qu’il est nécessaire d’être véhiculé et d’être bien habillé en cas d’intempéries. 
L’avantage? C’est une sortie inoubliable.

Le Blu-Ray Pure Audio : Un pari sur le physique

131175

Dans une période où l’industrie phonographique est en pleine interrogation face au futur du support physique, deux tendances tendent à s’affirmer. D’une part, les mélomanes avertis et soucieux de la qualité sonore de leur musique. Ils se manifestent à travers l’achat de vinyles, d’enceintes ou de casques audio mettant en valeur leur musique. Et d’autres parts, l’individu qui n’hésitera pas à télécharger sa musique où à l’écouter en streaming sans prendre en compte la qualité sonore perdue lors de la compression du fichier en mp3.

En 2013, le marché audio affichait une croissance fulgurante des ventes en France avec une augmentation de 75% pour les chaînes Hifi, de 147% pour les enceintes portables, de 93% pour les barres de son avec un confortable et de 12% pour les amplificateurs hifi de salon. Ces chiffres prouvent qu’un intérêt grandissant pour la qualité sonore se développe.

C’est sur cette hypothèse que Pascal Nègre, PDG d’Universal Music, a bâti son projet d’un nouveau support physique remettant au goût du jour le multimédia de haute qualité en créant le Blu-Ray Pure Audio.

“Pour la première fois on va entendre ce que l’artiste a entendu, quand il a crée son oeuvre en studio”. Pascal Nègre lors du lancement du Blu-Ray Pure Audio.

« Le son va pouvoir revenir fidèle à l’original pour le contenu » Nicolas Berenger, vice-président du Simavelec.

Avec la France comme « pays test » du Blu-Ray Pure Audio, ce format unique a d’abord été édité pour 36 références au lancement, en mai 2013. Le catalogue s’est rapidement accru avec 74 titres en novembre 2013 et une quarantaine éditée par Sony Music au cours de cette année. On y trouve des artistes anciens tels que Nina Simone, Serge Gainsburg, Bob Marley ou Miles Davis. Un petit bémol est ainsi à soulevé pour savoir si Universal ne visait pas déjà une population habituée à l’achat de phonogrammes contrairement à la nouvelle génération qui est ancrée dans l’ère dématérialisée. Ce sont des artistes qui, pour beaucoup, ont surement déjà été entendu en K7 et/ou CD.

Cependant, afin de satisfaire l’ensemble de la population, une fonction MShuttle est vendue avec le Blu-Ray Pure Audio. Elle permet de télécharger l’album au format MP3, WAC ou FLA sur hifipureaudio.com en toute légalité (pas besoin de s’acquitter des Digital Right Management), à l’aide d’un voucher se trouvant à l’intérieur du produit avec une limitation à deux téléchargements. La qualité du fichier compressé est relativement le même que l’original.

Capture d’écran 2014-04-14 à 15.56.20 (1)

Pourtant, une question reste à élucider : La capacité du Blu-Ray Pure Audio qui est de 25 à 50 Go pourrait largement contenir ces fichiers au format MP3, alors pourquoi passer par un site annexe pour l’obtenir ?
Cela doit être du à l’impossibilité de copier le Blu-Ray Pure Audio sans compter le besoin d’avoir un ordinateur compatible au Blu-Ray afin de lire son contenu.

L’une des caractéristiques du Blu-Ray Pure Audio est qu’il ne nécessite pas d’acquérir un nouvel appareil. Un simple lecteur Blu-Ray permet sa lecture. D’après le SEVN (Syndicat de l’édition vidéo numérique), 32% des foyers seraient équipés d’un lecteur Blu-Ray avec une estimation à 50% pour 2014 (prenant en compte les lecteurs Blu-Ray, les consoles telles que PS3 de Sony et les box de fournisseurs internet tels que Freebox).

Actuellement, il n’est pas possible d’obtenir le chiffre d’affaire d’Universal Music. Mais sa promotion lors de la semaine du son, qui se tenait du 27 janvier au 9 février dernier au studio de la maison de la radio avec les grands acteurs de l’industrie électronique a su être convaincant.

Comme l’a proclamé Jean-Luc Hees, président de Radio France « Le fast-food a ses limites ».

Le Disquaire Day revient pour sa quatrième édition en France!

Vu sur internet, un compte à rebours avant le début d’un festival.
Vu également sur internet, des commentaires, des articles et un engouement suscité par des mélomanes ou des « vinylophiles » sur cet événement tant attendu.

Pour sa quatrième édition, le Disquaire Day revient le 19 avril pour enflammer les bacs !Image

Avec Chuck.D, leader et co-fondateur de Public Enemy, en tant que parrain et John Densmore, batteur des Doors, comme invité d’honneur, le Disquaire Day s’instaure dans les festivals incontournables de France. En effet, cette année ce ne sont pas 220 mais 235 disquaires indépendants qui se sont mobilisés en France, Belgique et Suisse pour mettre à l’honneur le fameux disque noir vintage qui est le vinyle.

Au programme : des dédicaces, des lives, des Dj sets, des rencontres et surtout près de 300 vinyles préparés par des groupes tels que Fauve, Sex Pistols, Deep Purple, David Bowie, Metronomy ou The Doors.

Des lives sont organisés à Lyon qui sera la ville d’inauguration avec un concert à 10h30 à la Villa Villemanzy en présence de partenaires institutionnels, de professionnels de la musique et d’élus locaux. Mais aussi à Paris qui accueillera à la Gaité Lyrique Texas Miossec, We have Band, Perez et Hercules and Love Affair pour le Disquaire Day Night retransmit en direct sur France Inter et le Mouv’ ! Les places sont à retirer au sein même des disquaires indépendants. D’autres villes telles que Clermont-Ferrand, Toulouse ou Marseille mettront également en scènes de nombreux groupes dans le cadre du Disquaire Day.

Mais pourquoi un tel engouement autour des disquaires indépendants et du vinyle ?

Le Disquaire Day a été crée par le CALIF en 2002 avec le soutien du Ministère de la culture et de la communication. A l’origine, ce phénomène vient des Etats-Unis et du Royaume-Uni qui ont lancé le Record Store Day en 2007 avec la participation d’artistes tels que Metallica ou Muse. Le public étant au rendez- vous, son succès a permis de relancer la vente du vinyle et donc l’activité des disquaires indépendants. La première édition Française en 2011, en partenariat avec les distributeurs Coalition of Independant Music Stores et Entertainment Retailers Association fut un franc succès permettant sa pérennisation et donc cette quatrième édition.

Rendez-vous le 19 avril pour trouver la perle rare!

En attendant, voici le teaser :