Les festivals se mettent au vert

Face à la problématique écologique qui ne cesse de s’amplifier, une vague de « green » envahit les festivals français qui tendent considérablement à se responsabiliser et à proposer des solutions environnementales à leur public.

L’écologie, un enjeu artistique                                                                                                                              Voilà plusieurs années que la question de l’écologie nous entoure et devient l’une des problématiques les plus importante de notre ère. Entreprises, collectivités et autres entités se responsabilisent afin de répondre aux enjeux  qui s’imposent à elles sur ce sujet.

Cette tendance, non moins essentielle, rejoint de plus en plus le milieu artistique. La sphère musicale s’applique régulièrement à sensibiliser le public de manières diverses et variées.

NY

A titre d’exemple, Neil Young a tenu à distribuer gratuitement lors de sa dernière tournée européenne des T-shirts en coton organique avec les inscriptions « Protect » et « Earth ». Il explique ce geste sur son site Internet «  j’espère que le fait de porter vos t-shirt Protect&Earth vous permettra de vous impliquer pour la planète de toutes les manières qui sont à votre disposition ». De cette façon, il appelle ses fans à agir individuellement pour la planète.

L’engagement des festivals en France

On parle aujourd’hui d’ « éco festival ». Une démarche selon laquelle l’évènement est organisé selon des règles strictes permettant de réduire l’empreinte écologique de celui-ci sur la planète. Permettant ainsi de sensibiliser le grand public aux gestes respectueux de l’environnement et de diffuser les bonnes pratiques impliquant l’ensemble des acteurs.

On recense actuellement un nombre croissant de festivals et d’événements revendiquant l’appellation Eco festival, bien que celui-ci soit encore parfois utiliser de façon abusive par certaines structures qui ne pratique que certaines actions. En France, la plupart des gros évènements tendent vers ces nouveaux réflexes.

Solidays qui, comme nous le savons, lutte déjà contre sida en reversant la majeure partie des recettes du festival tend désormais à soutenir la cause écologique. Grâce au soutien de ses partenaires (Mairie de paris, Young environnement) il s’engage dans le développement durable. Parmi les actions majeures nous retiendrons : un service de co-voiturage gratuit pour les festivaliers et des navettes RATP, la mise en place d’éco-emballages et un vif encouragement à pratiquer une collecte sélective des déchets sur les trois jours de fête. Au sein de l’hippodrome de Longchamp, le public pourra bénéficier de plusieurs points d’Eau de Paris afin de sensibiliser à la consommation de l’eau du robinet.

Il en est de même pour Rock en Seine, qui se tiendra ce weekend au domaine national de Saint Cloud. Avec une problématique supplémentaire : étant un site naturel protégé depuis 1923, Rock en Seine se doit de respecter certaines conditions pour profiter des lieux (pas de trou, préservation des plantes…). En conséquence, il est indispensable pour le festival de maximiser les déplacements écologiques : 85% des festivaliers viennent en transports en commun et le personnel utilise des vélos et des voitures électriques pour se déplacer à l’intérieur du site. Un système de tri sélectif est mis en place pour permettre à tous de participer à une meilleure élimination des déchets. Pour les fumeurs, des cendriers de poche sont offerts gratuitement. Le système de gobelets consignés permet également de mieux préserver le site. De plus, à l’issue du festival, les invendus alimentaires seront distribués à des associations caritatives. Grâce à des sponsors engagés tel que Coca Cola, plusieurs activités de sensibilisation sont mises en place chaque année.  Pour éviter une sur consommation d’eau, les festivaliers devront se contenter de toilettes sèches pour se soulager.

vert

Le festival We Love Green, pensé et conçu pour l’environnement

Le We Love Green Festival, qui a vu une nouvelle édition se dérouler avec succès cette année, a quand à lui pour particularité de faire de l’éco-conception la direction artistique du festival. Des actions sont menées dans les moindres détails : en plus de tous les éléments cités plus haut, la majeure partie du mobilier et de la signalétique est réalisée avec des matériaux de récupération. L’énergie nécessaire au festival est fournie par un générateur solaire. La restauration sur place se veut bio et locale. Les aliments proposés sont frais, bios et composés de produits locaux. Enfin, l’intégralité des déchets de la production et des festivaliers est triée. Par exemple, tous les rebuts culinaires seront transformés en chaleur et en énergie alors que les emballages, de l’assiette aux couverts, 100% composables, seront transformés en engrais.

De nombreuses actions inventives peuvent aujourd’hui être mises en place pour préserver l’environnement dans de telles manifestations. Cela est aussi l’occasion de sensibiliser un large public, majoritairement jeune qui, s’il entend le message, pourra caler son quotidien sur la problématique environnementale et agir à son niveau pour la planète.

We love greenCelio Tardio

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s